Les enfantsUn livre paru en 1986 qui parle du Maroc après l'indépendance et plus particulièrement du village d' AZROU.

L'auteur mène plusieurs actions en parallèle:le récit d'un conteur de rue qui raconte l'histoire de Malkaroûn, l'homme riche qui veut devenir immortel, et les scènes qui se déroulent dans le public pendant ce temps là, puis il s'attache au personnage de l'odieux Sid El Haj El Barakat qui fait miroitait à l'incrédule Bouchaïb, un contrat de travail et un passeport pour aller travailler en France tout en lui demandant de l'argent........ "l'incrédulité n'est pas la faute de ton père, c'est la faute de la misère"

Le narrateur est un enfant qui subit la violence des coups reçus du père, de l'instituteur, du proviseur qui dénonce aux pouvoirs public les élèves grévistes,  mais aussi la violence sexuelle......Pourtant l'évocation de  Dieu est dans tout les propos.

"ton enfance avait le goût du péché et les rides de la vieillesse", " l'argent ouvre le chemin dans les endroits les plus touffus"

"En plus de l'odeur du kif, regnait dans le café une odeur de fatigue et de desespoir. La fatigue d'être là à ne rien faire, et le désespoir de savoir que le lendemain rien ne changerait"

Un livre daté c'est sûr, mais qui nous parle d'une réalité sociologique récente dans une belle langue. Un livre émouvant et sincère qui a mis ma sensibilité à rude épreuve!

Biographie de Abdelhak SERHANE:

Asserhane

 Ecrivain et universitaire, opposant au régime d'Hassan II, exilé au Canada.

Né en 1950 à Sehou, Abdelhak SERHANE a fait ses études de psychologie et de littérature française à Toulouse. Il a  été longtemps professeur à la faculté des Lettres et des Sciences Sociales à l'université de Kénitra.

Au printemps 2000, il a quitté le Maroc avec sa famille pour un exil définitif au Canada (Montréal). Depuis il partage sontemps entre le Maroc, le Canada et les Etats-Unis oou il enseigne la littérature française (université de Louisiane à Lafayette) et dirige la revue "Etudes Francophones

A. SERHANE n'a cessé pendant des années de dénoncer le caractère policier du régime politique marocain à travers des ouvrages comme "Messaouada" ou "Le soleil" des obscurs. Il a récemment pris position contre l'impunité dont jouissent ceux qui se sont enrichis grâce à la corruption engendrée par le "système Basri". 

En 1993, il reçoit le Prix français du Monde Arabe, puis en 1999 le prix francophonie Afrique méditerranéenne.

(source WIKIPEDIA)